Station de travail mobile

Ce projet provient d’un article de la revue d’ébénisterie WOOD dont j’ai adapté les dimensions à mes besoins.

Je possède une ponceuse à bande Ridgid EB4424 et une raboteuse DeWalt DW735 13″. Deux beaux outils mais qui sont lourds et encombrants. Il n’est pas facile de les manipuler à chaque utilisation. Ils devraient être stationnaires et idéalement, disposés sur leur propre base.

L’espace dans mon atelier étant limité, j’ai besoin d’un meuble amovible qui pourra recevoir ces deux outils et me permettra de les utiliser de manière optimale.

En soit, la conception est assez simple. Il s’agit d’équiper une plate-forme mobile de deux caissons (un grand et un petit) qui accueilleront les dites machines. Le dessus du grand caisson pourra pivoter et je fixerai la ponceuse sur celui-ci. Lorsqu’elle ne sera pas utilisée, celle-ci rentrera entièrement dans le caisson, laissant libre la surface.

Le petit caisson, quant à lui, accueillera la raboteuse et sa station d’accueil. J’ai dimensionné sa hauteur afin que, une fois la raboteuse installée, sa table de sortie affleure la surface du dessus du grand caisson.

Ceux-ci devront être solides, c’est la raison pour laquelle ils seront conçus avec des cadres en érable. En plus d’augmenter la robustesse, ils apporteront une touche décorative.

Le matériau principal de ce meuble sera le contreplaqué de peuplier (teinté couleur noyer noir américain) et le matériau secondaire sera du bois franc d’érable.

Voici à quoi cela devra ressembler :

Le petit caisson

C’est celui qui recevra la raboteuse de 92 livres soit environ 42 Kg. Sans compter le poids des planches qui passeront dans celle-ci. Le dessus devra donc être solide et stable. Pour cette raison, je doublerai l’épaisseur des planches pour obtenir 1.5″ (environ 5 cm).

De plus, ce caisson sera équipé de 3 tiroirs, ce qui sera très pratique pour ranger les accessoires ou les petits outils.

Commençons par découper tous les morceaux comme les côtés, le fond, l’arrière et le dessus :

Nous pouvons passer à la réalisation du cadre du dessus du caisson. Celui-ci sera assemblé à 45° pour des raisons purement esthétiques. Après avoir travaillé une planche de bois brut, voici le résultat :

Voici l’assemblage du dessus puis ajout du cadre :

Nous pouvons passer à la réalisation des cadres restants. Eux aussi, ont été préparés dans des planches de bois brut. Les voici terminés :

Les morceaux des cadres seront assemblés aux pièces des caissons grâce à des rainures réalisées au banc de scie équipé d’une lame à rainurer :

A part le dessus, les autres cadres seront assemblés à mi-bois aussi appelé méplat ou plat-joint. Eux aussi, seront réalisés au banc de scie avec la lame à rainurer :

Voici l’assemblage des deux côtés et de leurs cadres :

L’assemblage du caisson

Je commence par le fond et le bas puis j’ajoute les côtés et les traverses. Enfin, le dessus viendra compléter le tout.

Les tiroirs

Comme il s’agit d’un meuble d’atelier, je réaliserai de simples tiroirs, solides mais rapides à fabriquer. L’assemblage des côtés se fera avec des feuillures de 1/2″ et le fond viendra s’insérer dans une rainure de 1/4″ réalisée sur tous les morceaux à 1/4″ des bords.

Les trois tiroirs seront réalisés dans du contreplaqué de 3/8″ d’épaisseur. Deux feuilles de 30″ x 60″ seront nécessaires à la réalisation :

Réglage du banc de scie pour la coupe de la hauteur des morceaux du grand tiroir :

Réglage du banc de scie pour la coupe de la hauteur des morceaux des deux petits tiroirs :

Réglage de la table à toupie pour la réalisation des rainures :

J’utilise des chutes de 1/4″ et de 1/2″ pour les réglages.

Réglage de la table à toupie pour la réalisation des feuillures :

Toujours débrancher les outils avant leurs réglages !

Voici les morceaux terminés :

Passons à l’assemblage :

Voici les tiroirs assemblés :

Installation des tiroirs

J’ai utilisé des coulisses pleine extension de 25 kg de résistance. Le tiroir peut ainsi sortir complètement du meuble et donner accès à tout le contenu. C’est très pratique et la différence de prix en vaut la peine.

La pose des tiroirs est de style intégré. Ils s’insèrent dans le caisson pour se retrouver au même niveau que la façade.

Les façades

Je les dimensionne pour laisser 1/8″ (environ 3 mm) de jeu tout autour.

Le petit caisson terminé

Hé oui ! Je me suis trompé dans le sens des fibres de la façade du deuxième tiroir… Je devrai vivre avec 🙂

Le grand caisson

Le dessus sera rotatif ce qui permettra de rentrer la ponceuse à l’intérieur du meuble lorsqu’elle ne sera pas utilisée. Cela libérera la surface de travail pour les planches qui passeront dans la raboteuse. La plaque de sortie de celle-ci viendra affleurer le dessus du caisson.

Je recommence les mêmes étapes que pour la fabrication du petit caisson, je découpe tous les morceaux (les côtés, le fond, l’arrière et le dessus) puis je réalise les cadres en bois franc :

L’assemblage des côtés :

Le dessus réversible

Comme pour le petit caisson, l’épaisseur sera doublée pour renforcer la rigidité de la surface. Pour réaliser le pivot, j’ai inséré un tuyau de cuivre entre les deux épaisseurs. Une tige en acier passera au travers et reliera les deux montants latéraux du cadre.

Quatre butées rectangulaires en aluminium assureront le maintien de la position de la plate-forme. Elles seront disposées aux extrémités de la partie pivotante et viendront prendre appui sur la traverse et les côtés du cadre.

Les parties du cadre en érable de la plate-forme :

Pour l’assemblage du cadre, j’ai opté pour les lamelles (biscuits).

Le gousset

Le grand caisson terminé

Comme pour les tiroirs, la pose de la porte est de style intégré. Elle s’insère dans le caisson pour se retrouver au même niveau que la façade.

La plate-forme mobile

J’ai gardé le plus facile pour la fin. La plate-forme est simplement constituée d’une structure en érable recouverte d’une grande planche de contreplaqué. Les chants seront plaqués et teint lors de la finition. Le tout reposera sur des roulettes industrielles en polyuréthane. Celles avant seront fixes alors que celles arrières seront pivotantes à 360° et équipées de frein.

La structure

Afin que la plate-forme ne plie sous le poids des caissons et des outils, je la consoliderai avec une structure en érable. Voici les planches réalisées à partir du bois brut :

Les roulettes

Elles seront fixées à la base grâce à 4 écrous Tee à 3 griffes (T-Nuts) enfoncés sur le dessus. Ils permettront d’attacher solidement les 4 boulons par le dessous.

La plate-forme mobile terminée

Si c’était à refaire, je mettrais 4 roulettes pivotantes à 360° équipées de frein.

La finition

Pour la couleur des pièces en contreplaqué, j’ai choisi d’utiliser une teinture couleur « noyer noir américain » afin de contraster avec l’érable des cadres qui est plutôt blanc.

Le tout, incluant les tiroirs, est recouvert de 3 couches de vernis polyuréthane à base d’eau pour résister à l’usure du temps que j’ai appliqué à la mèche de coton.

Avant la réalisation, j’ai teint entièrement les deux côtés des feuilles de contreplaqué.

L’assemblage finale

Contrairement au fil de cet article, j’ai réalisé toutes les mêmes coupes des matériaux en une étape. Par exemple, une fois que j’ai installé la lame à rainurer sur le banc de scie, je réalise toutes les coupes nécessaires dans les cadres, les rainures, etc. Idem pour les coupes du contreplaqué ou des planches d’érable. C’est plus efficace.

Voici la station de travail mobile terminée et prête à recevoir les outils :

Station d’accueil pour la raboteuse

A partir de MDF et de liège, j’ai fabriqué une station d’accueil dans laquelle je viendrai visser la raboteuse. Le liège absorbera une partie des vibrations générées par la raboteuse.

Ici encore, j’utilise les écrous Tee à 3 griffes pour fixer la raboteuse à sa station d’accueil

Les bords sont arrondis avec une mèche pour arrondi convexe de 1/8″ sur la table à toupie pour éviter de se blesser avec les coins ou les arrêtes tranchantes.

La station est opérationnelle

C’est un projet qui a demandé beaucoup de minutie, notamment pour la plate-forme réversible, les tiroirs et la porte.

J’ai eu beaucoup de plaisir à le réaliser et j’ai déjà eu l’occasion de l’utiliser. Honnêtement, c’est très pratique et le gain d’espace qu’il procure est très appréciable.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *